Santé canine : Pourquoi et à quelle fréquence vermifuger son chien ?

0
364

Le bien-être d’un chien ne s’arrête pas à son confort extérieur. Si à l’apparence votre animal de compagnie est bien gaillard, ce peut ne pas être le cas dans son ventre. Les chiens comme les hommes sont sujets à l’attaque de plusieurs parasites. Les plus dangereux sont ceux qui en sourdine, déstabilisent l’animal de l’intérieur et au moment où on s’y attend le moins. Pour éviter ce sort à son chien, il n’y a pas plusieurs solutions : le vermifuger. C’est la première fois que vous en entendez parler ? Vous savez déjà de quoi il s’agit, mais vous ne comprenez pas toujours en quoi c’est indispensable ? Vous désirez savoir comment s’y prendre pour vermifuger son chien ? Découvrez dans cet article pourquoi et à quelle fréquence vermifuger son chien.

Vermifuger son chien : les raisons

Vermifuger son compagnon canin est un geste à la limite obligatoire pour le garder en bonne santé. C’est à la fois une mesure préventive et curative. Déjà, au même titre que les brossages, les promenades, l’alimentation et les visites de contrôle chez le vétérinaire, vermifuger son chien est un soin auquel il a droit. En effet, vermifuger un chien permet de protéger son système digestif d’une part et tout son organisme d’autre part contre les parasites internes. Ces parasites internes agissent comme des agents déstabilisants dont la présence affecte gravement la santé de l’animal. Un chiot peut par exemple subir des retards à cause des vers. Pendant ce temps, un chien adulte présentera des troubles digestifs sévères ce qui à la longue lui causera de plus graves ennuis de santé. Découvrez sur ce site si les vers peuvent causer des risques fatals causés aux chiens.

D’autre part, les parasites ne constituent pas des dangers pour le chien seul. Même l’entourage est menacé. Le chien peut facilement transmettre les vers à l’homme, quel que soit son âge, et ainsi mettre à mal son confort sanitaire.

À propos des risques pour l’homme

S’il y a une chose qui par-dessus tout est sûre, c’est que la victime collatérale de la présence de parasites gastro-intestinaux dans l’organisme du chien, c’est l’homme. Aucun âge n’est épargné. La contamination est possible chez tout le monde, des petits au grand, des hommes aux femmes. En première ligne se placent les enfants. Ce sont eux qui présentent comme les plus exposés aux risques de contamination. Il en est ainsi parce que les enfants ne sont pas rigoureux vis-à-vis de l’ensemble des réflexes d’hygiène. Or, on sait que ceux-ci portent rapidement leur main à la bouche. Sans l’assistance d’un adulte, les enfants ignorent le fait de se laver les mains systématiquement après avoir été en contact avec un chien ou son environnement. Conséquences, les parasites leur sont transmis par le biais des résidus d’excréments présents sur le corps de l’animal et avec lequel ils ont été en contact. La main sale portée à la bouche est le geste final qui vient acter la transmission des vers. Chez l’homme adulte par ailleurs, la contamination est plus complexe. Les parasites doivent leur transfert dans l’organisme de l’homme à des gestes d’inattention.

Après une contamination, l’hôte humain peut subir des conséquences plus ou moins graves. Par exemple, le vers rond « Toxocara Canis » est responsable du développement de la toxocarose lorsqu’il atteint l’organisme humain.

Grand-angle sur les vers les plus répandus

Les parasites gastro-intestinaux sont très nombreux. On ne peut tous les décompter. Toutefois, il y a certain qui particulièrement sont régulièrement présent chez les chiens et qui par conséquent, affectent aussi l’homme. Il s’agit entre autres des parasites suivants :

  • Les vers ronds : Plusieurs parasites appartiennent à cette famille. On compte notamment les Trichures, les Ankylostomes et les Ascaris. Parmi tous, les Ascaris sont les plus connus. Ces derniers ressemblent à des spaghettis d’une dizaine de centimètres. Ce sont des vers qui sont très fréquemment rencontrés chez les chiots. Les ascaris peuvent passer dans le lait maternel, mais également à travers la paroi du placenta.
  • Les vers plats : dans cette famille on compte le Taenia, l’Échinocoque et le Dipylidium. Ces vers ont la particularité de se reproduire seuls.
  • Les Giardias : ce sont des parasites invisibles à l’œil nu. Ce sont ces protozoaires qui sont responsables de la giardiose.
  • Les Coccidies à Isospora : Également invisibles à l’œil nu, ces parasites sont quant à eux responsable de la coccidiose. C’est à eux qu’on doit les diarrhées plus ou moins importantes chez les chiens.

Où le chien attrape-t-il des vers ?

Il n’y a pas d’endroit épargné. En effet, les lieux infectés par les vers sont tellement nombreux qu’il suffit d’une balade pour que l’animal rentre en contact avec des œufs sans que vous ne le sachiez. Même pour un chien qui reste tout le temps dans l’appartement, le risque n’est pas nul. Vos chaussures sont d’excellents vecteurs. L’animal peut s’infecter partout, même chez les vétérinaires. C’est justement pour cela qu’il est indispensable de vermifuger son animal de compagnie.

Comment reconnaitre un chien parasité ?

Tous les vers ne sont pas visibles à l’œil nu. Ceci fait qu’il est très difficile de savoir si le chien a des vers. Il y a certains symptômes qui mettent la puce à l’oreille, mais ils passent souvent inaperçus et ils varient en fonction de l’âge, de la santé et du degré d’infestation de votre chien. Cela n’empêche pas toutefois de faire attention à quelques signes.

Les principaux symptômes

Lorsque les vers contaminent votre chien, il peut présenter :

  • Une perte de poids ;
  • Une faim chronique ;
  • Un ventre gonflé (beaucoup plus chez les chiots) ;
  • Des vomissements ;
  • Des selles molles ;
  • Un poil terne ;
  • Des démangeaisons à l’anus.

N’oubliez pas que pour avoir le cœur net, il faut consulter un vétérinaire. Celui-ci fera une analyse des selles. Ceci permettra d’abord de savoir si votre animal est infecté et enfin d’identifier exactement quels vers sont présents dans son organisme si tel est le cas.

Vermifuger son chien : à quoi cela se résume ?

Vermifuger son chien consiste à lui faire un traitement antiparasitaire. Ce traitement élimine les vers se développant dans le système digestif de l’animal lorsqu’il lui est administré. Le vermifuge fonctionne comme un agent nettoyant qui purge le système digestif et élimine tous les parasites qui y ont fait intrusion.

Les formes de vermifuge

Les vermifuges pour chien se présentent sous 4 principales formes :

  • Les comprimés : ce sont de très petits comprimés qui sont très faciles à cacher dans la nourriture. Certains vermifuges comprimés sont très appétissants et peuvent être avalés directement par les chiens.
  • Les pipettes : Ce sont les mêmes utilisés pour les traitements de parasites externes. Il faut seulement déposer leur contenu au niveau de la surface de la peau, dans le cou du chien.
  • L’injection : il est exclusivement utilisé pour les chiens très infestés. Ce vermifuge est réservé à l’usage des vétérinaires.
  • Les seringues buccales : ce sont des seringues graduées qui possèdent une espèce de pâte. Pour l’administrer au singe, il faut mettre la pipette dans la gueule du chien.

À quelle fréquence vermifuger son chien ?

La fréquence à respecter pour vermifuger son chien dépend surtout de la qualité de l’alimentation auquel l’animal est soumis. Il faut savoir que l’alimentation joue un grand rôle dans le développement des parasitoses intestinales chez le chien. Il est vrai que l’environnement est en grande partie responsable de la contamination de l’animal, mais il faut aussi retenir qu’un chien n’est susceptible de subir une réelle invasion que lorsque son système immunitaire peine à se défendre. Or, ce qui donne à votre compagnon cette force, c’est son alimentation. Lorsque l’alimentation n’est pas du tout de qualité, il est tout à fait normal que l’animal développe souvent des parasites.

Pour un chien bien nourri, la fréquence du soin est de l’ordre de 2 fois par an (uniquement pour prévention). Si par contre, votre chien est soumis à une alimentation moyenne ou bas de gamme, il faudra le vermifuger 4 fois par an.

Le cas spécifique des chiots

Normalement, le système immunitaire du chiot n’est pas assez mature. Avant que son organisme ne soit capable de se défendre correctement, il faut quelques mois. Par conséquent, il est conseillé de vermifuger les chiots tous les mois jusqu’à l’âge de 6 mois. Ce soin est fait de façon préventive et respecte donc un certain dosage. Pour plus d’information sur les vermifuges adaptés à votre chiot et le dosage requis, consultez votre vétérinaire.

La fréquence chez les chiennes en gestation

Certains parasites peuvent contaminer les petits par voie transplacentaire et même après leur naissance durant l’allaitement. C’est le cas des Ascaris. Pour éviter ce sort à vos chiots, il est indispensable de vermifuger les chiennes en gestation selon le programme suivant :

  • 15 jours avant de programmer une saillie ;
  • 15 jours avant la mise bas ;
  • 15 jours après la naissance des bébés.

N’oubliez pas de consulter un vétérinaire pour éviter d’utiliser un vermifuge contre-indiqué chez la chienne gestante ou celle qui a déjà mis bas.

Vermifuger un chien le protège-t-il totalement des parasites ?

Les vermifuges ne protègent pas les chiens contre tous les parasites. Leurs actions s’arrêtent aux parasites internes. Malheureusement, il existe aussi des parasites externes qui s’attaquent à la peau de l’animal. Avec un peu d’attention, votre compagnon canin peut garder sa vigueur. Découvrez ici, un article pour savoir comment profiter des atouts de votre chien.

Source : Croq La Vie – Vermifuge Chien

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here