Pourquoi le trading est-il plus risqué que l’investissement de long terme 

0
437

Les notions de trading et d’investissement se distinguent principalement par le fait que l’un a un objectif à court terme, et l’autre à plus long terme.

En effet, si le trading vise à obtenir des gains assez rapidement, l’investissement quant à lui ne permettra pas un gain rapide, mais bénéficiera à long terme de la croissance économique des entreprises ciblées.

Ainsi, tout particulier souhaitant investir en bourse a intérêt à bien analyser au préalable, et à opter pour la nature de l’investissement qui correspondra le mieux à son profil. Plusieurs éléments de comparaison permettent de comprendre les risques du trading, et la nécessité d’être suffisamment expérimenté pour pratiquer ce type d’investissement.

L’objectif visé

L’investisseur, lorsqu’il achète des actifs, envisage des gains à long terme, sur plusieurs années, voire des décennies. Tant qu’il n’aura pas atteint l’objectif qu’il se sera fixé, il ne vendra pas les actions acquises dans son portefeuille.

Le trader quant à lui, prévoit de gagner de l’argent à court terme, en tirant profit des fluctuations des cours des actions, qu’il lui reviendra d’anticiper pour saisir l’opportunité de vente ou d’achat. Pour cela, le trader utilisera généralement l’effet de levier, lequel multipliera ses chances de rentabilité élevée, tout en augmentant son risque de perdre l’argent investi.

Ainsi, le principal objectif recherché en matière de trading sera la performance, contrairement à l’investissement à long terme, qui pourra permettre à un individu de se fixer des objectifs tels que le financement de sa retraite, voire à plus court terme, le financement d’un bien immobilier par exemple.

L’analyse utilisée

Pour mettre en œuvre son objectif, les investisseurs appliqueront des concepts l’analyse fondamentale, qui consiste à observer la structure d’une société, son chiffre d’affaires, son taux de croissance ou d’endettement, afin d’identifier les entreprises dans lesquelles il sera le plus intéressant d’investir, en prenant en considération ces différents éléments. Ainsi, il analyse non seulement les fondamentaux de l’entreprise ciblée, mais aussi ceux du marché, et de l’économie.

En trading, c’est l’analyse technique qui sera le plus souvent utilisée. Elle consistera à étudier notamment les graphiques des cours de la bourse, et d’autres indicateurs, afin de prédire au mieux les tendances boursières ou leur revirement, et de saisir la moindre opportunité, que le cours soit en hausse ou en baisse. Cette technique demandera d’être particulièrement minutieux et attentif, pour pouvoir agir à tout moment.

La détention des actifs achetés

En raison de l’objectif de rendement à long terme qu’il poursuit, l’investissement entraîne la prise de possession d’une part du capital des entreprises dont l’investisseur détient les actions. C’est pourquoi, au moment de l’analyse, il s’intéresse principalement à la valeur de l’entreprise, aux risques qu’il peut ou non prendre et comment celle-ci peut évoluer économiquement à l’avenir. En conséquence, l’investisseur ne percevra pas seulement les bénéfices de la revente d’un actif, mais profitera également des dividendes sur ces derniers, en récompense de la croissance économique à laquelle ils auront contribué.

Quant au trading, le court terme qui le caractérise ne permet pas de détenir les actifs achetés sur le marché, tout simplement parce qu’ils seront revendus très rapidement. En effet, la durée de détention d’une action par un trader peut varier entre quelques secondes (le scalping), jours (le day trading ou swing trading), semaines, ou au maximum quelques mois. En tout état de cause, l’objectif même du trading n’est pas de posséder des actifs ayant une valeur économique intéressante, et cet aspect n’est d’ailleurs pas étudié par les traders.

Le temps passé

Que ce soit pour investir à long terme, ou faire du trading au quotidien, le particulier devra prévoir d’y consacrer un temps considérable, aussi bien pour se former au préalable, que pour la constitution, puis la gestion de son portefeuille d’actions.

Toutefois, le temps consacré à certains types d’investissement à long terme pourra être moins important au stade de la gestion du portefeuille, mais à condition d’avoir suivi une formation de qualité afin d’acquérir toutes les compétences utiles. Ainsi, c’est cette étape de l’apprentissage qui nécessitera un temps considérable, car il devra inclure notamment l’étude des marchés, l’analyse fondamentale, et des connaissances en matière d’économie. Une fois ces aspects maîtrisés, et son portefeuille constitué d’actions à fort potentiel, l’investisseur ne sera pas contraint de surveiller quotidiennement le cours de ses actions.

Le trader, quant à lui, ne pourra se permettre un tel répit. Non seulement, il ne pourra échapper à une bonne formation s’il souhaite maîtriser les techniques et mécanismes propres à l’investissement à court terme et réduire au maximum le risque de pertes en capital, mais il devra également suivre constamment l’évolution du cours des actions, pour agir en conséquence.

Une parfaite illustration du temps que peut passer un trader à suivre les tendances, est la pratique du Day Trading, qui consiste à acheter et à revendre un titre le même jour. Inutile de préciser qu’une telle activité réduit les possibilités du trader d’exercer d’autres activités en parallèle.

En conclusion, l’activité de trading, du fait de sa nature spéculative, est tout aussi stimulante que risquée, et l’investisseur doit être conscient qu’elle peut engendrer d’importantes pertes, d’autant que le capital de départ investi est souvent important. Le trading peut aussi s’avérer plus coûteux que l’investissement à long terme, en raison des frais et taxes générés par la fréquence des opérations d’achat et de vente.

Par ailleurs, le fait que le trading exige une implication et une attention particulières placera généralement le trader dans une position assez stressante. D’où l’importance pour ce dernier d’être suffisamment bien renseigné et attentif, afin de limiter au maximum les risques liés à l’activité, et aussi, gérer au mieux ses émotions et le stress généré.

2