Qu’est-il utile de retenir par rapport au statut de migrant 

0
80

Le taux de personnes ne résidant pas dans leur pays de naissance est de 3,4 % de la population mondiale, soit 258 millions de migrants selon les Nations Unies. Ces chiffres ne cessent de progresser. En effet, les migrants sont catégorisés sous plusieurs ordres. Aussi, cet état de choses n’est pas sans cause et a des répercussions pour la plupart des cas.

Typologie des migrants

Il faut noter qu’aucune définition juridique n’a pu être établie de la notion de migrants. Cependant, une typologie en a été décrite. Cette classification peut être assimilée à celle exposée par l’ONG https://www.lacimade.org/. Elle se décline comme suit :

  • migrant international : peut être qualifiée comme tel, toute personne qui réside de manière passagère ou continue dans un pays autre que son pays de naissance et qui a établi avec ce dernier des rapports sociaux ;
  • travailleur migrant : se dit ainsi toute personne qui va fournir ou a déjà fourni toute prestation ou activité rémunérée dans un pays dont il n’est pas originaire ;
  • réfugié : toute personne qui, du fait d’une crainte certaine qu’il a d’être opprimé ou persécuté en raison de circonstance bien établie, se déplace pour un pays autre que le sien ;
  • sans papiers ou clandestins : c’est la forme de migrants la plus répandue au monde. Ce statut est généralement usité pour désigner tout étranger en situation irrégulière.

Cela étant dit, il faut remarquer une nuance entre migrants et réfugiés. Cette différence est notamment exposée sur certains sites. Essentiellement, il est à retenir que tout réfugié est un migrant. L’inverse en revanche n’est pas toujours évident.


Aussi, la typologie ci-dessus décrite n’est pas une liste exhaustive. D’autres catégories de migrants peuvent bien être définies.

Les effets des migrants sur les pays

Au préalable, il sied de définir les causes de l’action migratoire. Ces causes se dessinent à partir de la typologie dressée en début d’article. Elles sont donc consubstantielles à chaque catégorie de migrants. Par exemple, le sens d’être des réfugiés est l’incapacité de leurs pays, estimée par ces derniers, à les mettre à l’abri du danger auquel ils sont exposés.


En ce qui concerne les impacts des flux migratoires, ils se déclinent sous plusieurs aspects. Vous pouvez faire un tour sur les sites appropriés pour avoir une vue d’ensemble de la chose.


Tout d’abord, il faut parler de l’impact des flux migratoires sur les économies des pays d’origine. En effet, les migrants une fois à destination transfèrent des fonds vers leurs pays de naissance. Ces fonds servent généralement à développer des secteurs clés notamment : les infrastructures, le transport et l’éducation.

Amélioration du niveau de vie moyen

Par ailleurs, l’arrivée des migrants dans un pays a un effet positif sur le niveau de vie moyen. Cela se traduit par l’amélioration de la tendance de l’emploi. En effet, le flux des migrants participe à la réduction du taux de chômage aussi bien de ces derniers que des autochtones.

Pour finir, les migrants participent activement à l’émergence du commerce. Ceci passe par la bouffée d’oxygène qu’ils insufflent à l’économie des pays d’accueils.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here