Économie solidaire : qu’est-ce que c’est et comment ça fonctionne ?

0
312

À l’opposé de l’économie marchande, l’économie solidaire est un facteur clé de développement durable. Elle s’éloigne des notions communes d’accumulation de capitaux et de maximisation du profit individuel pour faire du bien-être collectif son objectif majeur. L’homme est de facto placé au centre de ses préoccupations et motive constamment ses actions.

À cet effet, elle se fonde sur les constructions horizontales telles que la mutualisation, le réseautage et l’échange pour asseoir un système de gestion participatif. L’économie solidaire se distingue par certains principes clés, des caractéristiques et valeurs essentielles, ainsi que des ambitions pluridimensionnelles (sociales, économiques et politique).

Économie solidaire : des pratiques alternatives à l’économie de marché

Bien plus qu’une forme juridique, l’économie solidaire fait avant tout appel à un projet de société axé sur des principes d’équité, d’utilité sociale et de solidarité. Dans ce contexte, des entreprises se mettent en association, en mutuelle ou en coopérative en vue de faciliter la création d’emplois. L’objectif à terme reste de favoriser dans la plus grande cohésion sociale, l’insertion ou la réinsertion professionnelle des employés.

Encore appelée économie sociale et solidaire (ESS), elle regroupe des pratiques alternatives à l’économie marchande visant à produire, échanger, épargner et consommer autrement. Sur la base d’engagements citoyens, ces pratiques de l’économie solidaire contribuent à une démocratisation de l’économie.

Économie solidaire : des principes d’actions clés

La notion d’économie solidaire fonctionne sur certains principes clés qui font d’elle une solution palliative à connotation durable.

D’abord, elle se fonde sur la recherche d’utilité sociale. Les entreprises engagées dans l’économie solidaire garantissent avant tout le développement d’une valeur ajoutée sociale. Grâce à des ressources mixtes, elles assurent à des personnes potentiellement exclues des revenus modestes. Ensuite, elle se veut au service d’un territoire et demeure donc une économie de proximité.

L’économie solidaire autonomise la gestion entrepreneuriale en garantissant une certaine efficacité financière à la structure qui l’adopte. L’économie sociale et solidaire fonctionne sur un principe de gestion démocratique et participatif des affaires. Elle vise à cet effet l’intérêt général de la solidarité, garantit une insertion sociale et professionnelle tout en favorisant des échanges, qu’ils soient monétaires ou non.

Enfin, cette économie permet un droit de regard mutuel et exige que les différentes activités soient pratiquées dans une transparence totale.

Économie solidaire : des caractéristiques essentielles

L’économie solidaire se caractérise essentiellement par une volonté de faire primer les liens sociaux sur les biens produits. Elle se veut responsable, car elle privilégie la considération de l’être humain tout en respectant son cadre de vie. Certaines caractéristiques lui permettent de garantir à la fois la réciprocité des rapports, la redistribution des ressources dans un cadre légal et un fonctionnement de marché. Il s’agit entre autres de :

  • la liberté d’adhésion,
  • l’égalité en fonction des besoins réels exprimés,
  • et la non-lucrativité individuelle.

De ce fait, l’économie solidaire exige avant tout que l’engagement des entreprises pour l’adhésion soit volontaire. Ainsi, les entreprises s’engagent à assumer de façon libre et bénévole des responsabilités et des tâches d’intérêts collectifs. Les excédents sont quant à eux redistribués, mais non en compensation à la part de capital investi.

L’économie solidaire se démarque aussi par certaines valeurs qu’elle défend. Elle priorise dans ce contexte des relations humaines fondées sur le respect de l’éthique, le développement durable et local.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here