L’imprimante photo portable pour les nuls : comment ça marche ?

0
362

Si vous avez des photos de grande valeur sentimentale que vous avez enregistrées dans votre téléphone ou appareil photo numérique, vous êtes comme la plupart des gens. Parfois vous avez envie de les immortaliser physiquement sur un support dans votre bureau, votre salon comme à l’ancienne. Heureusement, il existe des solutions pour vous faciliter la vie : il s’agit des imprimantes photo portables. Elles vous permettent de libérer plus facilement et plus rapidement vos images piégées de leurs prisons numériques ; tout ceci, sans utiliser une goutte d’encre. Lorsque le facteur encre sort de l’équation, les imprimantes pour photo peuvent être considérablement plus petites que leurs prédécesseurs, à jet d’encre et laser, ce qui les rend plus pratiques et portables. Vous pouvez les transporter dans une poche ou un sac à main, tout comme un téléphone portable. Mais avant, comment fonctionne une imprimante photo portable ? 

 

L’imprimante photo portable : mode d’emploi

La technologie de l’imprimante photo fonctionne grâce à deux éléments clés : l’imprimante et le papier.

L’imprimante photo portable : comment ça fonctionne ?

Le secret du fonctionnement de l’imprimante photo portable est la connexion entre la caméra et le réseau wifi via un câble adaptateur USB. Cela permet à l’imprimante et à l’appareil photo de se connecter virtuellement. Lorsque vous avez un téléphone compatible avec une imprimante photo portable, il pourra envoyer des données d’image par ondes radio. Cela donnera une photo couleur avec un décollage et des tonnes d’options de décoration. Les imprimantes photo portables sont beaucoup plus petites qu’une imprimante à jet d’encre ou laser. En outre, elles sont pratiques pour créer des images instantanées sur papier. Sans cartouches d’encre, l’entretien de ces imprimantes représente également la moitié de l’entretien d’une imprimante photo traditionnelle. Mais comme vous l’expliquera très bien le site de comparatif d’imprimante PrintYourLife, une imprimante photo wifi portable peut ne pas être la meilleure option pour chaque acheteur. Pour des impressions plus grandes et bien définies, une imprimante à jet d’encre peut être mieux adaptée à vos besoins. Et si vous imprimez en vrac pour un grand bureau, une imprimante laser est certainement la solution. 

La magie du papier

Pour faire de la photo à partir de l’imprimante photo portable, il faut du papier. Le papier pour imprimante photo mobile sans encre est une technologie particulière. C’est elle qui explique la magie derrière les imprimantes photo portables. Pour imprimer une photo de qualité en n’installant que du papier et absolument pas d’encre, il faut comprendre le procédé. Ce n’est pas un tour de magie. La réponse réside dans le papier lui-même. Avant l’impression, le papier photo vierge est blanc et semble normal. Cependant, comme on le dit souvent : <<c’est ce qui est à l’intérieur qui compte>>.

Le papier et la chaleur : un coup de maître des scientifiques de Polaroid

Les scientifiques ont ​​inventé un papier qui contient toute « l’encre » nécessaire pour faire une photo. Chaque feuille de papier photo contient des cristaux de colorant : certains qui peuvent devenir cyan, certains qui peuvent devenir magenta et d’autres qui peuvent jaunir. Ces cristaux sont imperceptibles à l’œil nu et avant impression ; ils sont aussi incolores. Pour activer cette « encre » imperceptible et inexploitée dans les cristaux, il faudra ajouter de la chaleur à l’équation. La chaleur provoque une réaction chimique dans ces cristaux spécialement conçus, les transformant de cristaux incolores en colorants richement chargés. Il faut comprendre le fonctionnement du papier photo en examinant les différents calques. 

Le détail est dans les calques

La couche de base fournit le modèle de papier sur lequel sont placées les couches de cristaux. Cette couche peut également avoir un dos adhésif, comme avec l’imprimante mobile instantanée Polaroid PoGo. La deuxième couche qui est la couche d’imagerie (cyan) est une couche formatrice d’image qui libère un colorant de couleur cyan lorsqu’elle est activée à une température plus basse pendant une longue période. La troisième couche d’imagerie (magenta) est la couche qui libère le colorant magenta lorsqu’elle est activée à une température moyenne pendant une durée moyenne. La quatrième couche d’imagerie (jaune) libère du colorant jaune lorsqu’elle est activée à haute température pendant une courte période. La couche supérieure, la dernière, mais non la moindre, est cette couche protectrice de polymère transparent qui scelle le papier, ce qui lui permet de résister aux dommages causés par la lumière, la chaleur et l’eau. Cette couche confère à la photo une sensation brillante traditionnelle. De plus, les inter couches entre les couches d’imagerie maintiennent les couches d’imagerie séparées les unes des autres. 

La couleur : une question de température

Au fur et à mesure que le papier traverse la tête d’impression thermique, la couleur activée dépend de la température de la tête d’impression et du temps d’application. Par exemple, si l’imprimante doit activer le magenta seul, la chaleur appliquée ne sera pas assez chaude pour activer les cristaux jaunes et ne sera pas appliquée assez longtemps pour activer les cristaux cyan. Ici, un tas de cristaux de colorants non raffinés se trouve sur un pool de colorant magenta activé. Les températures « plus basses » et les périodes « plus longues » utilisées sur ces imprimantes ne sont vraiment ni basses ni longues. Les températures sont chaudes, allant de 212 à 392 degrés Fahrenheit soit 100 ° à 200 ° Celsius, et l’impression d’une ligne prend seulement 16 millisecondes. Différents mélanges de cyan, magenta et jaune peuvent produire toutes les couleurs dont vous avez besoin pour imprimer une image de qualité. Chaque feuille de 2 pouces par 3 pouces contient environ 100 milliards de cristaux de colorant et est activée par 200 millions d’impulsions de chaleur. 


Les vrais débuts de l’imprimante photo portable : le Polaroid PoGo

Aujourd’hui, il existe des modèles assez sophistiqués d’imprimantes photo portables. Mais avant l’avènement de ces modèles, il y a eu le Polaroid PoGo qui fut le tout premier modèle d’imprimante photo portable. En 2007, une entreprise a développé une technologie d’impression sans encre, la première du genre. Ensuite, cette même entreprise Zink s’est associée à Polaroid pour développer une imprimante de poche. Si nous jetons un coup d’œil à l’imprimante mobile instantanée PoGo (le premier appareil du genre sur le marché), nous pourrons avoir une idée du fonctionnement de la technologie. L’imprimante PoGo se connecte à un appareil photo numérique via un câble adaptateur USB, permettant à l’imprimante et à l’appareil photo de se connecter directement sans ordinateur. La connexion de l’imprimante à votre téléphone portable, en revanche, ne nécessite aucun fil. Au lieu de cela, l’imprimante peut utiliser une connexion Bluetooth pour recevoir des images du téléphone. S’agissant de la fonctionnalité Bluetooth, votre téléphone (s’il est compatible) est connecté, sans fil, directement à l’imprimante. Et lorsque vous y êtes invité, le téléphone peut envoyer les données de l’image via la technologie Bluetooth. Lorsqu’elle reçoit les données, l’imprimante imprime une photo couleur de 2 pouces par 3 pouces. L’image résultante a un dos détachable qui expose un adhésif collant. Donc cette photo peut être utilisée comme étiquette. Lorsque l’imprimante fonctionne sur sa batterie lithium-ion, elle peut imprimer plus d’une dizaine de photos. Lorsqu’il est branché, l’adaptateur secteur peut maintenir l’imprimante en marche. Et, à 0,9 pouces par 4,7 pouces par 2,8 pouces, il peut contenir jusqu’à 10 feuilles et elle n’est pas plus grosse qu’un paquet de cartes. L’imprimante Polaroid PoGo a pour atouts principaux : 

  • sa petite taille ; 
  • son poids 

Ils sont pratiques pour attirer les consommateurs qui souhaitent le transporter avec leur téléphone portable ou leur appareil photo numérique. 

 

Le flop de l’imprimante photo portable Polaroid PoGo

Mais le polaroid PoGo n’a pas connu le succès tant espéré. Le public lui reprochait notamment : 

  • le manque de finesse aux niveaux des finitions de l’appareil, une finition bâclée ;
  • Le temps d’impression qui dépassait largement les 60 secondes ;
  • Une qualité d’impression médiocre : le rendu de la version numérique n’est pas le même que le rendu physique du PoGo.
  • Le coût élevé : à sa sortie, le Polaroid PoGo a été commercialisé au montant de 129 euros avec la recharge de 30 feuilles à 9.99 euros.

Après le flop du PoGo, l’entreprise Zink a également établi un partenariat avec trois autres sociétés pour développer d’autres appareils qui utilisent l’impression sans encre. Mieux, l’entreprise Zink développe un appareil plus proche de l’appareil photo Polaroid classique. C’était un appareil 2 en 1 qui se double d’un appareil photo et d’une imprimante instantanée. Zink espère qu’à l’avenir, les imprimantes seront même intégrées aux téléphones portables. Comme ça, il n’y a pas besoin d’encre, mais uniquement du papier, les imprimantes compatibles n’ajouteront pas trop de poids ou de taille lorsqu’elles sont connectées à un téléphone ou à tout autre appareil. Non seulement cela, mais parce que le processus d’impression spécial peut aller au-delà des simples photos, les plans de Zink incluent également l’intégration d’une imprimante avec une technologie similaire dans des appareils tels que les ordinateurs portables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here