Le Web (WWW) a fêté son 30ème anniversaire cette année

0
726

Lorsqu’on vous dit que le Web a célébré trente années d’existence, à quoi croyez-vous qu’on fait allusion ? Le World Wide Web (la toile d’araignée à l’échelle mondiale) est aujourd’hui installé incontestablement à une place de choix sur internet. Il est un monde aujourd’hui offrant une ouverture sur plusieurs sites et constituant un canal pour accéder aux différentes pages. C’est un système permettant de passer de page en page en s’appuyant sur des liens précis. C’est en quelque sorte un canal facilitateur. Tout a commencé avec l’idée de Tim Berners-Lee. Puis les faits se sont suivis pour offrir le service internet performant dont les internautes font l’exploitation aujourd’hui.

Célébration des trente ans du World Wide Web

C’est ce 12 mars 2019 qu’a été célébrée les 30 années d’anniversaires des débuts de l’accès de la Toile à tout le monde. C’est simplement cette invention qui a changé le cours de la communication entre les Hommes. Il faut dire que c’est cette invention qui permet le partage et l’accès facile à toutes sortes de ressources disponibles sur Internet. C’est en quelque sorte le meilleur moyen d’échange de données partout dans le monde. 30 ans après son lancement, le World Wide Web s’est installé dans le quotidien de tout le monde. En France par exemple, 50 % des Français ne peuvent plus se passer du web. Avec cet outil révolutionnaire, tout se passe en ligne : suivre l’actualité, passer des commandes, rester en contact avec sa famille et bien d’autres. 

Les bases de la Web machine

Le World Wide Web fonctionne suivant une certaine liste de données basiques. Cet ensemble regroupe la conception en elle-même, le fonctionnement de l’hypertexte ou l’hypermédia et la notion d’URI.

La conception

À ce niveau, il s’agit de la construction du web. Tout est fait suivant une succession de processus. Le web se considère comme un serveur en lien avec un client, lequel serveur se charge de répondre dans la mesure du possible à une demande du client qui n’est autre que la personne qui se connecte.

Dès que la personne est connectée au serveur, intervient la notion de client universel. Le client est en droit à partir de cet instant de se connecter soit au web soit à une autre application fonctionnant sur internet. Lorsque le client poursuit son opération, trouve ce qu’il veut demander et formule sa demande, le serveur lui envoie la réponse et automatiquement le client est déconnecté. Le pilier de la connectivité est l’élément mettant en relation le web et le client. Les deux ne sont reconnus liés que durant la période couverte par la demande et la réponse.

La notion d’hypertexte et d’hypermédia

Il est à prendre en compte à ce niveau la facilité de passage d’un document, d’un fichier, d’un site ou d’une page à un autre élément de même nature ou pas. Le web se veut un canal de transmission de demande, de base de regroupement de sites et de pages. Toutes ces variétés d’utilisation rendent au visiteur l’avantage d’une expérience optimisée. 

La notion d’URI

Uniform Resource Identifier (autrement dit Identifiant uniforme de ressource) est une suite de caractères permettant de reconnaître un élément sur un réseau. C’est ici l’élément d’identification des données en circulation sur le service web. C’est une étiquette collée sur toute donnée ou sur tout ensemble de données reconnues comme ressources exploitables pour la satisfaction ou la reconnaissance d’un client.

World Wide Web à ses débuts

Le Web a été inventé en 1989 par Tim Berners-Lee, dans les locaux du Centre européen de recherche nucléaire de Genève (CERN). Il s’est immédiatement imposé comme l’une des meilleures applications de partage de données garantissant la navigation de contenu en contenu. Au fil des années, il a connu une croissance exponentielle au point de devenir incontournable. Une véritable invention qui a marqué à tout jamais l’histoire de l’informatique. C’est un outil reconnu aujourd’hui comme la principale application d’internet. Il en est arrivé à ce niveau parce que la vulgarisation d’internet ne s’est faite dans la majeure partie du monde que par lui. En fait, l’ARPANET, l’ancêtre connu d’internet tel que connu aujourd’hui, est apparu vingt ans au moins avant le Web de Tim Berners-Lee.

Au début de l’aventure, il s’agissait d’une plateforme facilitant la communication entre les différents scientifiques, peu importe leur domaine. Ils devaient être capables de faire circuler entre eux des données qui feraient du bien à la science, au progrès scientifique. Le premier site web a même été conçu pour servir de base au projet World Wide Web. Il a été domicilié sur le poste de Tim Berners-Lee lui-même. Il a alors servi de base de stockage et de partage de données.

Progression de World Wide Web

Lorsque l’idée a germé dans la tête de Tim Berners-Lee, il a suivi le courant avec les différentes époques afin d’être le résultat connu aujourd’hui.

  • Première version du Web : Mars 1989, Tim Berners-Lee a eu l’idée et l’a proposée à son employeur au Centre européen de recherche nucléaire. À ce moment, il faisait partie d’un groupe de chercheurs à la quête d’avancées technologiques notables pour bousculer le monde.
  • Le premier site : Finalement, l’idée est reconnue comme une innovation et le premier site devant participer au mûrissement du projet nait.
  • Le Web s’ouvre à tous : Avec les données regroupées, en août 1991, Tim Berners-Lee fait l’annonce de l’ouverture du web à tous les visiteurs.
  • Les grandes entreprises s’en mêlent : C’est la course de la maison Amazon vers l’innovation, la naissance d’Internet Explorer. Les internautes finissent par devenir dépendants de Yahoo et de Google. YouTube et Facebook sont des monstres qui conquièrent le terrain. Des navigateurs nouvelle génération viennent changer la donne. C’est le mouvement vers la mutation en monstre du Web. Il est perçu comme la marque principale d’internet.
  • Les applications mobiles : Elles embrouillent l’espace et ne permettent plus d‘avoir un œil fixe sur la circulation des informations. Toutes les craintes sont fondées. Ces innovations pullulent un peu partout sur la toile et leur nombre grandit chaque fois.
  • Des milliards de sites : Les années passant, les sites se sont multipliés. En 2014, la barre du milliard de sites est dépassée. Le chiffre avancé pour le nombre de sites existant est passé à plus de 04 milliards en mars 2019.

Le Web a atteint sa maturité

Selon plusieurs spécialistes et professionnels du domaine, le Web a été inventé dans les laboratoires du CERN car les besoins en termes de partage d’informations étaient devenus trop importants. Après avoir consulté les premiers sites Web dans le début des années 90, nombreux d’entre eux étaient émerveillés par leur beauté. 30 ans après sa création, force est de constater que la maturité du Web a été atteinte. En effet, il n’y a pratiquement plus rien à inventer, car tous les principes majeurs ont déjà été développés. Les différents espaces laissés pour compte à la création ont été pourvus en données. Le Web s’est répandu à une vitesse extraordinaire et plus de la moitié des êtres humains est connectée. Chacun s’en sert selon son besoin. Il en va de son efficacité. Il est même très facile d’y retrouver aujourd’hui toutes sortes de données : c’est le résultat de la participation de tous au tissage de la toile.

Célébration des trente ans : particularité

Pour donner une touche particulière à cette fête, des experts ont recréé le modèle originel du Web pour partager avec les internautes une expérience sans précédente de cette version du service. C’est une manière pour les développeurs et les concepteurs de faire un bilan de la progression de cet outil ayant impulsé internet de façon surprenante. Les internautes ont maintenant, en lançant le navigateur WorldWideWeb, l’opportunité de savoir de quoi il était question en 1989 lorsque Tim Berners-Lee matérialisait son idée.

Quelle est la différence entre Internet et Web ?

Nombreux sont les internautes qui pensent, sans chercher à fouiller, que Web et Internet sont des synonymes ou veulent désigner la même réalité. Pourtant, ces 2 termes ont des significations différentes et ne sont pas interchangeables. 

  • Internet représente un vaste réseau reliant plusieurs ordinateurs et terminaux informatiques entre eux, même s’ils sont situés à plusieurs centaines de kilomètres de distance. Il est capable de joindre des appareils partout dans le monde pour une connectivité sans borne en lien avec la mise en commun de toutes les données. C’est en quelque sorte l’outil phare de mondialisation, devenu concept leitmotiv. Il est à la fois composé de réseaux privés, publics, commerciaux, gouvernementaux, universitaires… Il fonctionne à l’aide du protocole IP et utilise plusieurs applications (téléphonie sur IP, messagerie électronique, transfert de fichiers…). 
  • De son côté, le Web est une application d’Internet. Il permet de publier et consulter des pages et documents reliés entre eux par des liens (avec un navigateur tel que Safari, Internet Explorer, Firefox, Google Chrome…). Mais il faut préciser que l’utilisation d’Internet auprès du grand public a été popularisée par le Web. 

S’il est désormais facile de nos jours de taper par exemple shopify vs woocommerce dans la barre de recherche de Google et d’obtenir rapidement des résultats, ce n’était malheureusement pas le cas avant la création du Web. Grâce au Web, il y’a eu une sorte de révolution qui a permis aux individus de prendre part à l’agrandissement et à la solidification de la toile. Une minorité seulement s’intéressait aux services du web. A présent, tous convergent vers internet.

C’est ce lien intrinsèque entre le service et son espace d’accueil qui est à la base de la grande confusion en vogue actuellement. Tout utilisateur d’internet n’est pas forcément en mesure de savoir ce qui fait la différence entre les deux concepts. La plus grande surprise est l’écart entre les deux services. On se rend compte que 30 ans après les développeurs ont apporté tout un savoir-faire de génie avec l’aide des internautes du monde pour reconstruire un nouvel univers.

La sécurité sur le Web

Interrogé sur son idée originale, Tim Berners-Lee en est arrivé à constater avec désolation que la pente de progression est penchée. Le service n’est plus dans la ligne droite du service rendu. Il s’agit à présent d’un outil perverti. Tout se trouve sur le World Wide Web. Il s’agit dorénavant d’une source de désinformation constante. Tout le travail repose sur les publications de personnes peu fiables qui s’inscrivent et reçoivent ou pas une certification. Le reste du processus consiste en la publication de données sans lien réel, juste pour le plaisir de développer des contenus. La collection des données personnelles n’est plus suivie comme il se doit. Cela facilite l’accès à la vie privée des utilisateurs. Ces informations ne sont pas souvent employées à bon escient par les individus cachés derrière cette manigance.

Tim Berners-Lee souhaite que des codes et lois soient mis en place sur le Web

Bien qu’il soit très apprécié, le Web a malheureusement aussi un côté négatif. Il est notamment devenu le terreau des cybercriminels, fraudeurs, pirates informatiques… et plusieurs internautes ont fait l’objet de menaces, vols de données confidentielles… 

Pour y remédier, Tim Berners-Lee milite activement pour la création d’une déclaration internationale des droits de l’Internet, c’est-à-dire la mise en place de codes et lois régissant son utilisation. Pour ce faire, il incite tous les gouvernements à travailler en commun et s’attaquer aux causes, ceci afin de protéger les libertés et droits des internautes. Plusieurs pays sont à la recherche d’un moyen de contrôle et de régulation de l’activité sur Internet. Ils en veulent pour motivation les dérapages observés. Les conflits diplomatiques sont légion dans le monde actuel. Résoudre le problème devient un impératif. Les autorités britanniques visent la prise de mesures rigoureuses pour freiner ou gérer le malaise en cours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here