Élevage de poules : que faut-il savoir avant de se lancer ?

0
198

Si vous avez suffisamment d’espace disponible dans votre jardin ou si vous disposez d’un terrain nu, vous pouvez faire de nombreuses choses comme un élevage de poules. En effet, l’aviculture est une activité assez accessible tant sur le plan de la faisabilité que sur le plan financier.

Si elle ne se fait pas que dans la facilité, avoir les bonnes informations permet de bien s’en sortir. Découvrez l’essentiel à savoir pour se lancer dans l’élevage de poules !

Pourquoi opter pour un élevage de poules ?

L’aviculture peut être pratiquée par tout le monde. Bien que n’étant pas aviculteur, vous pouvez faire de l’élevage de poules dans votre jardin pour différentes raisons.

Les œufs à porter de main

Vous avez des œufs bio à portée de main toute l’année grâce à un élevage domestique. En effet, deux poules peuvent pondre environ 500 œufs environ par an. Selon la taille du ménage, vous pourrez avoir un petit cheptel afin d’en garantir la disponibilité chez vous.

Cela permet aussi de faire des économies considérables. Un pack de 6 œufs coûte en moyenne entre 2 et 2,5 € en France.

De même, vous pourrez avoir de la viande à disposition en fonction du type d’élevage que vous effectuez. Tout cela représente de la protéine animale de qualité que l’élevage de poulet vous permet d’avoir sans grande difficulté.

L’apport écologique

Les poules sont des animaux très écologiques. En effet, omnivores, elles peuvent contribuer à la réduction drastique des déchets domestiques. Les poules peuvent consommer les restes de repas comme les épluchures de légumes, de pain, de pâtes, de fromage, de viande et bien d’autres.

De cette façon, une seule poule est en mesure de consommer jusqu’à 150 kg de déchets ou de restes de repas chaque année. En conséquence, il y a la diminution de volume des ordures ménagères.

De plus, les poules permettent de débarrasser le potager de certains déchets et mauvaises herbes. Elles apprécient par exemple les fanes de carottes, les cosses de pois ou encore les fruits pourris. En échange, leurs fientes constituent également un engrais naturel très riche qui participe au développement des plantes du potager.

Une distraction pour les enfants

L’élevage de poule peut dans une certaine mesure être une activité saine et une distraction pour les enfants. Si vous habitez en ville, vos enfants n’ont probablement pas souvent la chance de voir grandir des animaux. De même, l’aviculture domestique ou à petite échelle permet aux tout petits d’avoir des responsabilités comme :

  • L’alimentation des poules ;
  • L’entretien du poulailler ;
  • Le ramassage des œufs, etc.

Le site NATERA vous permet d’avoir des informations pertinentes sur les poules et sur d’autres animaux. Par ailleurs, il est possible de faire de l’élevage de poulet à grande échelle et d’en faire une entreprise. Cela se fait généralement pour vendre des œufs ou pour vendre de la viande.

Dans l’un ou l’autre des cas, il est primordial d’avoir de nombreuses informations à sa disposition avant de se lancer.

Les différentes races de poule

Il est indispensable de connaître de façon la plus exhaustive possible les sujets à mettre en élevage. La race est sans doute la première chose à connaître avant de commencer un élevage. En effet, de la race dépend la manière de conduire l’élevage. Elle conditionne :

  • L’environnement de vie idéal pour les poules ;
  • La bonne alimentation pour le développement adéquat ;
  • Les soins sanitaires à appliquer (les vaccins), etc.

En France, de nombreuses races de poules sont élevées. Ce sont entre autres :

  • Les races anciennes (la Houdan, le Crèvevoeur) ;
  • Les races modernes (la Wyandotte, le Sussex) ;
  • Les poules d’ornement (le Barbus Belges, le Sebright, le Sabelpoot) ;
  • Les poules naines (le Pékin, le Chabo, la Java) ;
  • Les hybrides (croisement de différentes races).

Le choix de la race de poule à élever dépend donc prioritairement de son objectif d’élevage. Pour la production des œufs par exemple, vous pouvez choisir des hybrides qui pondent jusqu’à 300 œufs par an.

Le choix de la race dépend aussi du microclimat dans lequel se situe le site d’élevage ainsi que le temps moyen qu’on peut consacrer journalièrement à l’élevage (alimentation et soins). Les éleveurs professionnels pourront vous être d’une grande aide pour faire le choix.

Les équipements pour y arriver

Il existe deux grandes façons de faire de l’élevage de poule : l’élevage en plein air et l’élevage en poulailler. Cependant, dans les villes et aussi pour un système intensif, le poulailler est plus préconisé.

Pour l’élevage en plein air, vous aurez seulement besoin de protéger l’espace par un grillage pour protéger le cheptel des prédateurs. La taille du grillage dépend aussi de la capacité de vol des poules. Toutefois, une hauteur de 2 m ou de 2,5 m devrait être suffisante.

Construction et installation du poulailler

La densité de la population est le principal facteur qui détermine les dimensions du poulailler. De façon générale, on considère deux à trois sujets par mètre carré. Vous devez donc avoir un poulailler d’environ 35 m2 si vous souhaitez avoir un cheptel de 100 poules en moyenne.

En outre, il doit être suffisamment haut afin que vous puissiez y faire le tour pour récupérer les œufs et nettoyer l’intérieur.

Les poulaillers peuvent être faits avec du bois ou avec du grillage. Vous pourrez le construire vous-même si vous faites du bricolage. On peut aussi se tourner vers l’achat. Un poulailler peut coûter entre 500 et 3000  en fonction de la superficie.

Pour ce qui concerne son installation, différentes règles doivent être respectées. Le poulailler doit être installé à l’ombre (sous un arbre par exemple), à l’abri de vents forts et loin des points d’eau comme les étangs ou les mares.

En outre, il est conseillé qu’il soit près d’un robinet pour l’abreuvage et près du stock d’aliments. Par ailleurs, il doit être orienté en face du soleil levant, à l’Est.

Le perchoir et les nids

Le perchoir et les nids font aussi partir des équipements à installer pour le bon développement des sujets en élevage. Tous deux dans le poulailler, le premier constitue un lieu de repos. Les poules se perchent en effet pour dormir.

Le second par contre est une partie aménagée pour permettre aux poules de pondre. Le perchoir se fait généralement en bois et se situe à environ 0,8 ou 1 mètre du sol. Les nids par contre peuvent être à 30 cm du sol. Ils peuvent servir pour 4 ou 5 poules en moyenne.

Les mangeoires et abreuvoirs

Les mangeoires et abreuvoirs sont généralement achetés dans le commerce. Il n’y a pas d’indication particulière à propos. Le choix peut donc se faire selon les envies. Toutefois, il est important de choisir des récipients peu profonds afin d’éviter que les poules ne s’y noient.

Par ailleurs, vous devez vous doter d’un incubateur si vous souhaitez avoir des poussins et agrandir le cheptel. C’est un appareil qui fonctionne de façon automatique pour éclore les œufs.

De même, une machine à laver les œufs est nécessaire lorsque vous voulez en vendre. En somme, les équipements dont vous devez disposer dépendent de l’objectif de votre élevage.

L’alimentation des poules

Les poules sont omnivores et donc peuvent manger les restes de repas. Cependant, pour avoir son cheptel en bonne santé et pour continuellement avoir des œufs de qualité, il est primordial de leur donner environ 120 à 150 g d’aliment complet composé pour leurs besoins à chaque stade de leur développement.

De façon plus précise, l’alimentation idéale pour les poussins est différente de celle pour les poules adultes et de celle pour les poules pondeuses (destiné à la production des œufs). Les poulets de chair (destiné à la commercialisation de la viande) doivent également avoir une alimentation spécifique.

L’aliment en aviculture est généralement à base de céréales (blé, maïs, orge, etc.) composées pour avoir une certaine quantité de protéine et de calcium selon le stade de développement des poussins. Par ailleurs, les poules doivent aussi picoter les graines, les baies, la verdure, les petits mollusques ainsi que les insectes dans leur environnement.

En ce qui concerne l’hydratation, une poule est en mesure de boire environ 300 ml d’eau par jour. Mais, en période de forte chaleur, cette quantité peut aller jusqu’à 600 ml, voire plus. De façon pratique, l’eau d’abreuvage ne doit pas manquer dans le poulailler.

Les soins sanitaires à apporter

Une bonne hygiène doit être gardée dans le poulailler pour éviter une infestation microbienne conduisant à des maladies et à la mortalité. En effet, les maladies fréquentes dans un élevage de poules sont :

  • Les poux ;
  • Les vers ;
  • Les problèmes de digestion et de ponte ;
  • La galle des pattes ;
  • La maladie de Marek ;
  • Le Newcastle, etc.

Elles peuvent néanmoins être évitées avec un bon entretien et une désinfestation régulière du poulailler. Pour cela, il est important de limiter l’accès du poulailler à des personnes étrangères. De plus, il est primordial d’avoir un vétérinaire pour suivre le développement des poules. Il sera aussi chargé d’administrer les vaccins tout au long de l’élevage.

La rentabilité d’un élevage de poules

Lorsque l’élevage n’est pas destiné seulement à la consommation domestique, il est important d’évaluer sa rentabilité avant de s’y lancer. Cette rentabilité dépend de nombreux éléments comme :

  • La taille de cheptel ;
  • L’alimentation ;
  • Les soins sanitaires appliqués ;
  • La quantité d’œuf ou de viande ;
  • Le circuit de vente ;
  • Le marketing, etc.

Pour finir, il est recommandé de se rapprocher d’un aviculteur expérimenté pour prendre d’amples conseils pratiques avant de se lancer. De même, vous devez absolument faire un plan d’affaires avant de lancer votre business d’élevage de poule.